France s’Inquiète du Président: On a Arrêté des Soupçonnés de Préparer une Attaque Contre Macron+les Commentaires des Internautes

215

Des agents de sécurité français ont arrêté six personnes accusées de terrorisme pour avoir prétendument comploté d’attaquer le président français Emmanuel Macron. Nexter.org en sait tous les détailles.

French-President-Emmanuel-Macron-photo

Par: AFP

Pourquoi a-t-on fait la tentative d’une attaque?

Le responsable, qui a requis l’anonymat pour discuter de ces accusations, a déclaré que des agents du renseignement avaient arrêté six personnes dans trois régions très dispersées, dont un suspect dans les Alpes, un autre en Bretagne et quatre près de la frontière belge en Moselle. Il a ajouté que le plan visant à cibler le président français semblait vague et non définitif mais violent.

Où les interpellations ont-ils eu lieu?

French-President-Emmanuel-Macron-photo

Par: Reuters

L’une des interpellations a eu lieu très tôt ce matin à Fougères en Ille-et-Vilaine, indique Ouest-France. Quatre autres suspects ont été interpellés en Moselle et un en Isère.

L’opération a ciblé cinq hommes et une femme âgés de 22 à 62 ans. Ils ont été placés en garde à vue dans le cadre d’une enquête préliminaire, ouverte par le parquet de Paris, pour association de « malfaiteurs terroristes criminelle ».

Ultradroite en est coupable?

Il y a un an, dix personnes gravitant autour de l’extrême-droite avaient été interpellées dans les Bouches-du-Rhône et en Seine-Saint-Denis. Selon BFMTV, ils avaient projeté un attentat contre des personnalités politiques: Christophe Castaner, qui n’était pas encore ministre de l’Intérieur, et Jean-Luc Mélenchon. Ces individus étaient en lien avec Logan N., interpellé en juin 2017. Ce dernier, militant de l’ultradroite, était fiché S. Cerveau de ce projet d’attaque imprécis, il avait été repéré alors qu’il gérait la page Facebook à la gloire du terroriste Anders Breivik, qui a tué 77 personnes en Norvège en 2011.

Les services de renseignement surveillent de près les menaces de l’extrême-droite.  En 2016, déjà, l’ancien patron de la DGSI Patrick Calvar, auditionné par des députés, alertait estimant que “l’ultradroite n’attend que la confrontation [avec l’islamisme radical]. (…)”. Il craignait alors une “radicalisation” de la société. Lundi, lors de l’installation du nouveau directeur de la DGSI Nicolas Lerner, le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner s’est dit “attentif” aux menaces venues notamment des “mouvements extrémistes de droite comme de gauche, très actifs sur notre territoire”.

En France, l’ultradroite est portée par des groupuscules concurrents agissant en ordre dispersé et aux capacités opérationnelles « limitées », estimait la DGSI dans une note versée au dossier d’instruction sur le groupe de Logan Nisin.

Les internautes se méfient l’info sur l’attaque:

French-President-Emmanuel-Macron-photo

French-President-Emmanuel-Macron-photo

French-President-Emmanuel-Macron-photo


Vous pouvez aimer aussi

No tags for this post.

plus de nouvelles de Nexter